40 raisons d’acheter les Nougats #13

le livre est conçu comme une exofiction évoquant les destins croisés de Jean-Paul Sartre, de Paul Nizan, de BHL et de Saint-Germain-des-Prés, à la manière d’un roman français des années 2010

40 raisons d’acheter les Nougats #12

le livre est conçu comme une autofiction dans laquelle le narrateur évoque nonchalamment ses souvenirs mondains de Jean-Paul Sartre, de Paul Nizan, de BHL et de Saint-Germain-des-Prés, à la manière d’un roman français des années 2000

Je ne peux pas lire Platon à cause de mon père qui lit Platon chaque jour, alterne Platon et 4×4 Magazine

Il y a des textes, parfois, dont on a l’impression qu’ils ont été écrits pour soi. En l’occurrence, il y a un texte dans lequel je retrouve toutes mes petites ficelles, tous les fonds de culottes, tous les petits tours stylistiques des Nougats – et bien d’autres (et en mieux!)

IMG_20181016_152626621.jpg

Pour les gros curieux qui ne peuvent pas s’empêcher d’associer systématiquement un texte à un titre et un nom, c’est Poétique de l’emploi de Noémi Lefebvre.

(Un texte où l’on apprend également une bonne leçon:

« LEÇON NUMÉRO 9 : POÈTES, SI VOUS ÊTES DANS UNE PRISON, DONT LES MURS ÉTOUFFENT TOUS LES BRUITS DU MONDE, NE COMPTEZ PAS À 100% SUR VOTRE ENFANCE POUR VOUS SORTIR DE LÀ. »)

On parle des Nougats : Squirelito

« Le domaine de Squirelito » est animé par un écureuil (qui lui-même cacherait une jurée d’un prix littéraire dans lequel les Nougats seraient nominés) – et l’écureuil aime les noisettes, c’est entendu.

Mais aime-t-il les Nougats? C’est à lire ici.

Une recension où l’on compare mon bouquin au roman de fantaisie de William Kotzwinkle The Bear Went Over The Mountain (soit : comparaison acceptée!) :

Votre serviteur n’a pu s’empêcher de faire une comparaison avec une autre histoire de vol de manuscrit, tout aussi croustillante, celle de William Kotzwinkle « L’ours est un écrivain comme les autres » mais en lieu et place du miel et de la crème fouettée, ce sont les nougats qui obtiennent  une haie d’honneur. Par le chemin de la farce corrosive c’est tout une démonstration de la superficialité d’une société, du narcissisme exacerbé, une féroce critique du monde « bien pensant », de l’aptitude de juger les gens sans les connaître ou que soudainement, une intelligentsia pompeuse porte aux nues un individu et le glorifie même dans ses errances incompréhensibles (cf la scène de conférence à Manhattan !).